Skip to content

Direction la cité Trois-fois-construite

Ce matin nous partons de l’hôtel vers 8h30 pour couvrir la plus grosse étape sur la route de notre périple. Aujourd’hui il y a plus de 300 kilomètres au menu soit près de 4h de route.

Nous quittons l’état du Quintana Roo pour passer dans le Yucatán. Nous trouvons sur la route un endroit pour prendre un petit déjeuner. Ça sera quesadillas pour tous les deux, avec un coca, le tout pour 46 pesos Mexicains soit un peu plus de 2€.

On s’est encore fait un pote … :-O

Nous arrivons à l’hôtel à 12h45, heure du Yucatán. Nous avons changé d’heure en changeant d’état. Nous sommes maintenant calés sur l’heure du Mexique. L’état du Quitana Roo est une exception avec une heure de retard. C’est pour que les gens (les touristes) aient des journées plus longues sur la plage.

Vous avez vu ce vieux Land Rover garé dans le jardin de l’hôtel ?!? Il date de 1960 ! Et nous allons faire une promenade avec dans la plantation appartenant à l’hôtel.

Bon, la conduite de se machin est assez compliquée. Il faut bien viser pour que les vitesses passent et se mettre debout sur le frein pour ralentir. Mais ça a quand même beaucoup de charme. Groot ne dira pas le contraire.

Nous sommes montés sur une tour d’observation pour voir tous les alentours. Le bosquet que l’on voit à gauche de la photo contient des ruines Maya. Bien que le terrain soit privé, cette partie sous le bosquet appartient au gouvernement fédéral dans le but de protéger ces ruines.

La tour d’observation est faite en Zapote, un arbre de la jungle très résistant. Les Maya utilisaient sa sève pour faire du « chicle », du chewing-gum.

Nous voilà garés devant l’ancienne hacienda. On ne dirait pas qu’on est en Afrique ?!?

Voici la magistrale porte d’entrée de l’ancienne hacienda.

L’hôtel actuel date de 1950, il a été construit en remplacement d’un bâtiment datant de 1673. Nous allons profiter de notre ballade pour visiter les anciens bâtiments.

L’hacienda faisait culture de la canne à sucre. C’était la seule à faire cela dans la région. Toute les autres cultivaient le « henequén » que nous connaissons sous le nom de sisal. Cette fibre très résistante est issue d’une variété d’agave. Le nom que nous lui connaissons vient de la ville portuaire de Sisal depuis laquelle étaient expédiées les caisses portant la mention «Sisal».

L’hacienda a périclité à la fin du XIXème siècle, début du XXème. Les Mayas se sont révoltés à cette époque contre les colons Espagnols qui les avaient réduits en esclavage.

De nos jours, cette ancienne hacienda a accueilli un grand nombre de personnalités désireuses de visiter ou d’étudier Uxmal. Parmis ces gens on compte Indira Gandhi, la reine Elizabeth II et d’autres.

Cet arbre s’appelle « Pich » en Maya. Il a été importé par les Espagnols depuis l’Afrique. Il se plaît particulièrement dans le climat du Yucatán !

Trouverez-vous l’animal caché dans l’arbre ?

Demain nous visisterons le site archéologique d’Uxmal et plongerons dans quelques cenotes sur la route menant à Izamal.