Skip to content

la pureté toute simple d’une fleur des champs

Contexte de la prise de vue

« Almost White » est l’une des premières photos que j’ai prise avec mon boîtier E-M1X que j’étais en train d’apprivoiser. Il y a presque un an maintenant. Ce 17 mai 2021 en fin de journée, je partais avec mon boîtier et mon Panasonic 100-300 monté dessus. L’idée était de me promener après une journée de travail et d’en profiter pour aller planquer quelque peu dans un coin tout à côté de chez moi que je fréquente régulièrement pour croiser des chevreuils.

Ce soir là, point de chance, les chevreuils ne se sont pas montrés. La météo n’était pas non plus exceptionnelle ce soir là, la couverture nuageuse était assez importante. De grands nuages blancs venaient régulièrement cacher le soleil me forçant a régulièrement modifier les paramètres d’exposition sur mon boîtier.

Jusque-là me direz vous, cette soirée aura été plutôt perdue, pas d’observation, une météo capricieuse … Et bien, pas du tout !

Juste à côté de l’endroit où je m’étais caché, en embuscade à l’orée d’un bois, pour attendre les chevreuils se trouvait une grande quantité de marguerites. Cette « tâche » de fleurs blanches dénotait sur l’immensité verte du pré. En les regardant de plus près, tout en conservant mon point de vue très bas du fait de ma position assise, je repère une fleur qui « me tourne le dos » un peu isolée de ses soeurs. Captivé, j’observe cette fleur se balancer dans la légère brise de vent.

La composition de la photo

Trouver la « bonne » composition n’est jamais chose aisée. Il faut bien souvent tourner autour du sujet pour trouver son meilleur profil, l’angle qui le met le plus en valeur ou encore le meilleur bokeh. Pour cette photo, l’angle m’est venu directement, je voulais photographier cette fleur comme si elle tournait le dos, limite dédaigneuse, refusant de nous montrer la belle couleur jaune de son centre.

Le cadrage est aussi venu assez naturellement, la fleur serait plutôt centrée, la tige et le bord des pétales sur une ligne de force. Cette composition, mettant en oeuvre la règle des tiers, guide l’oeil du lecteur vers la fleur et vers la couronne verte au milieu de tout ce blanc.

Comme la fleur tournait sa tête vers la gauche, j’ai décalé un petit peu le cadrage vers la droite pour laisser un petit peu plus d’espace sur la gauche de l’image. Ceci donne l’impression que la fleur « regarde » vers la gauche du cadre.

Il ne restait alors plus qu’à décider quel serait l’arrière plan de cette image. Je voulais quelque chose qui mette en valeur cette fleur, comme un écrin. Je souhaitais absolument éviter le fond de couleur marron qu’aurait donné le champs labouré juste derrière la marguerite. Je me suis donc couché par terre et j’ai visé la fleur en contre-plongée pour n’avoir que la fleur et le ciel plein de nuages gris dans le cadre. Le reste n’est qu’affaire de réglages !

Le fond blanc

Ce fond blanc immaculé n’est pas l’effet d’une retouche, il résulte des paramètres de prise de vue ainsi que de la contre-plongée utilisés pour prendre le cliché. J’ai utilisé la technique de l’exposition vers la droite pour réaliser ce cliché. Ce principe implique de « pousser » l’exposition pour l’histogramme soit tassé à droite, sans toutefois cramer les hautes lumières.

Pour réaliser cette technique, je vous conseille de procéder par pas successifs. Tout d’abord, réaliser une image bien exposée de la scène. Pousser ensuite l’exposition d’1 EV et regardez le résultat, si les zones claires sont brûlées, baissez un peu l’exposition, si elles ne le sont pas, poussez encore un peu. Recommencez jusqu’à obtenir le résultat attendu. Dans mon cas, je souhaitais que les nuages que j’ai utilisés comme fond, en contre-plongée, disparaissent complètement pour former une masse uniforme et blanche.

Les paramètres de prise de vue

Boitier: Olympus E-M1X

Objectif: Panasonic 100-300 f/4-5.6 Power OIS II

ISO: 640

Ouverture: f/6.3

Vitesse 1/500s

Focale: 500mm

J’ai conservé une vitesse suffisante de 1/500ème de seconde pour éviter le flou de bouger à une focale de 500mm.

L’ouverture est réglée à f/6.3 pour avoir une netteté maximale sur la fleur. Cette ouverture assez grande n’a pas eu d’autre impacts pour cette prise de vue car il n’y avait aucun obstacle qui aurait pu être net entre la fleur et le ciel.

J’ai ensuite opéré la surexposition en poussant les ISO à 640. L’exposition vers la droite qui en résulte est clairement visible sur l’histogramme.

Vous connaissez maintenant toute l’histoire de cette photo que j’aime particulièrement !!