Skip to content

La reserve d’Hornstrandir

Déconnexion totale et tempêtes dans l’immensité blanche

Nous partons en début de matinée, abandonnant une partie de nos affaires chez Phil, là ou nous allons nous n’aurons pas besoin de nos plats lyophilisés prévus pour la suite du voyage !

Nous retrouvons le reste de l’équipe dans un café d’Ísafjörður ou nous prenons un bon petit déjeuner avant d’embarquer sur le bateau qui va nous mener dans la réserve.

La mer était loin d’être tranquille ce matin-là, nous avons été plutôt secoué pendant les deux heures de traversée, mais nous voilà arrivés. Enfin, presque arrivés !

Faute de ponton, le bateau ne peut pas s’approcher plus près de la côte. Il va donc falloir embarquer sur le zodiac pour rallier le bord.

Plutôt sport n’est-ce pas ?

Une fois débarqués, nous sommes embauchés pour remonter les provisions nécessaires à notre petite semaine prévue sur place (huile le chauffage, nourriture, …). Nous prenons ensuite possession de nos quartiers et découvrons la zone. La nuit tombe très vite.

Quelques temps après notre arrivée, une tempête historique est annoncée. L’île va se calfeutrer, toutes les routes seront fermées. Nous sentirons passer la tempête, isolés dans la réserve, cloîtrés dans la maison pour la journée. Il parait que c’est bon signe, les renards qui n’auront pas pu sortir chercher à manger seront certainement plus actifs les jours suivants, qui sait, peut-être en verrons-nous ???

Les tempêtes sont vraiment extrêmes en Islande, heureusement que nous avons réservé le séjour photo au début de notre voyage ! Cela nous laisse le temps de nous acclimater, de découvrir la « vraie » rigueur de l’hiver et ses dangers tout en restant en sécurité et en profitant de conseils avisés pour la suite de notre voyage.

La maison tremble sous les assauts du vent, le lit bouge, le vent hurle dehors, la nuit va être longue ! Il paraît que demain la tempête sera passée et que nous pourrons sortir nous aventurer dehors.

Au petit matin, la tempête n’est pas encore terminée, nous tentons une sortie pour capter le peu de réseau disponible. Ce n’est pas chose aisée, trouver le bon point au sol, ne plus bouger tant que le message n’est pas parti, et le message mais trèèèèèès longtemps à partir ! Résister au vent, ne pas bouger. Si ça foire, on recommence. Autant dire que nous n’avons pas envoyé beaucoup de messages pendant cette semaine !!

La tempête est partie comme elle venue et le paysage nous montre toute sa beauté ! C’est parti pour des heures et des jours de patience en attendant que les renards veuillent bien se montrer.

Par contre, pas de chance pour les aurores boréales, même si nous avons de beaux indices certains soirs, la couverture nuageuse a toujours été trop importante pour que nous puissions profiter du spectacle.

À la veille de partir, une nouvelle tempête arrive sur l’Islande, nous coinçant dans la réserve. La mer était trop dangereuse pour que le bateau vienne nous chercher. Notre vol est annulé et reporté au lendemain. Nous serons finalement coincés un jour et demi en pleine nature, dans la tempête. Finalement, le bateau est venu nous cherché, la course contre la montre était lancée pour dégager le zodiac, caché sous deux mètres de neige par la tempête !

Nos avons passé un super séjour dans la réserve ! Ceci n’aurait certainement pas été pareil sans « Rúnar Karlsson », magicien des fourneaux, hôte de génie et très drôle par dessus le marché !

Il est certain que si nous retournons dans les Fjords de L’Ouest, nous solliciterons les services de sa société « Borea Adventures ». La maison ou sommes allés, c’est celle-ci : « Kviar Lodge ».